Les anti-advergames

16 novembre 2009

Vraie menace ou simple effet de mode ?

McDonaldMalgré tous leur atouts, les advergames peuvent parfois se retourner contre leur créateur, devenant alors de véritables armes de destruction pour la marque et l’annonceur.

Les advergames représentent un outil marketing original, efficace et rafraichissant dans le secteur de la communication. Un advergame a effectivement pour qualité de toucher la cible de l’annonceur de façon très précise. Malheureusement, pour des marques qui suscitent la passion comme l’animosité telles que McDonald’s ou Microsoft, les internautes ont vite fait d’exprimer leur regard critique sur leurs produits ou leurs pratiques avec le même outil promotionnel : l’advergame.

Un jeu attrayant et bien réalisé aura ainsi tôt fait de malmener l’image de marque d’une entreprise.

A titre d’exemple, on relèvera l’advergame de MolleIndustria dédiée à l’univers de McDonald’s. Le joueur devra ici exploiter les pays sous-développés, les travailleurs sous-payés, utiliser des OGM et bruler des forêts pour parvenir à faire croître son fast food.

« Comme en vrai » diront certains. Quoiqu’il en soit, on est alors très loin de l’objectif promotionnel de l’advergamme.

S’il est certain que ce type de communication représente un excellent moyen d’expression pour les consommateurs, les conséquences dans le cas d’un buzz pourraient être désastreuses pour l’annonceur.

La conception d’un advergame n’est évidemment pas encore à la portée de tous, mais la présence de ces nouveaux jeux anti promotionnels doit amener les entreprises à se pencher sur de nouveaux outils de veilles et sujets de réflexion.


Les enjeux de l’advergaming

14 novembre 2009

Faut-il utiliser l’advergaming comme support promotionnel ?

support promotionnelAvec l’essort de l’industrie du jeu vidéo, plusieurs publicitaires et stratèges marketing voient dans l’advergaming un nouveau support attractif mais surtout extrêmement profitable pour leur entreprise. Prêchent-ils la bonne parole ?

• Le marché du jeu vidéo est aujourd’hui le plus dynamique de tous les secteurs du divertissement avec un taux de croissance prévisionnel de 9,1% par an selon PriceWaterhouseCoopers. Le public potentiellement touché compte quant à lui un demi-milliard de personnes, il s’agit donc bien d’un marché de grande ampleur.

• Autre chiffre tout aussi intéressant, les joueurs d’advergames mémoriseraient les publicités auxquelles ils sont exposés dans 35% des cas et pour une durée bien plus élevée que pour la moyenne des autres média. 30% des publicités exposées étaient ainsi toujours mémorisées un mois après l’exposition selon l’institut Nielsen Interactive Entertainment.

L’advergaming se présente ainsi comme un bon moyen d’améliorer la notoriété d’un annonceur.

Preuve d’une véritable évolution pour la publicité, l’advergaming pèse aujourd’hui 312,2 millions de dollars contre 83,5 millions en 2004 (Source : Yankee group). Les agences de communication interactives, bien que n’ayant le plus souvent pas les compétences nécessaires en interne, ne peuvent tout simplement plus faire l’impasse sur cet outil.

Reste à savoir si les communicants de demain auront été formés à la réflexion et à l’usage de ces nouvelles pratiques ? Ce qui pourrait bien dans ce cas, faciliter grandement leurs futures recherches sur le marché de l’emploi.